Neuilly Le Bisson

Paisible petit village bordé à l’est par la rivière « la Vézone » et la forêt de Bourse, Neuilly le Bisson semble avoir oublié son passé. Pourtant il est là autour de nous, tout prêt à ressurgir pourvu que l’on ouvre grand les yeux et tende l’oreille aux récits des anciens.

En 1145 Nulleium, la forme latine de Neuilly apparaît dans le cartulaire de l’Abbaye cistercienne de Perseigne et en 1232 Robert de Nuillé, fils naturel de Guillaume III de Talvas et mari de l’héritière de Lonray reconnaît à l’Abbaye de Perseigne des droits d’usage de la forêt de Bourse. Il aura pour descendant Garin de Nuilly.

En 1457 dans les actes du tabelionage d’Alençon, on parle de Nuillé qui en 1790, lors de la formation des départements devient Neully puis Neuilli le Bisson en 1808 dans l’annuaire de l’Orne.

Mais en 1897, le conseil municipal de la commune exige que l’orthographe avec un « y » soit rétablie.

La gare

En 1871, Neuilly compte 371 habitants. « Un décret de Sa majesté l’Empereur Napoléon III en date du 12 mars 1870 ayant approuvé la concession de la ligne d’Alençon à Condé sur Huisne, la compagnie des chemins de fer de l’Orne se met de suite en mesure de faire exécuter les travaux qui seront probablement terminés pour octobre 1871 ».

La construction donna une animation considérable à Neuilly. On venait d’Essay, des Ventes de Bourse, du Menil Brout prendre le train. Vu l’importance du trafic, il fut décidé, le 9 juillet 1926 d’agrandir et d’améliorer la gare de Neuilly.
En 1989, un dernier train de marchandises emprunta cette ligne. Aujourd’hui la voie de chemin de fer Alençon-Condé sur Huisne a été réaménagée en Voie Verte. Elle permet aux promeneurs de parcourir près de la moitié du département soit 68 km à pied ou en vélo et ce en toute sécurité.
Elle forme un maillon non négligeable de la future Voie Verte qui permettra aux parisiens de rejoindre le Mt St Michel tout en profitant de nos merveilleux paysages.

La maison paysanne

La Maison Paysanne à pans de bois a été acquise lors de l’achat du terrain pour l’implantation de la station d’épuration. C’est une charmante petite bâtisse à l’entrée du village, face à l’église située tout près de l’aire d’arrêt de la Voie Verte inaugurée en 2010. Cette aire d’arrêt a été construite dans les règles de l’art. Elle accueille une construction écologique abritant des toilettes sèches et constituant un point d’eau qui permettra aux promeneurs de se reposer avant de poursuivre leur périple.

La poste

Après la construction de la gare, le Conseil Municipal décida qu’il fallait construire un immeuble pouvant accueillir au mieux le service postal. Pour cela, il fit appel à Marcel Mézen, architecte de la région. Celui-ci né en 1904 à Alençon, s’éteindra en 1945 après avoir été arrêté en 1943 par la Gestapo et déporté à Buchenwald pour son engagement dans la Résistance. Il permit à de nombreuses personnes de passer en zone libre.

En 1920, le maire déposa le dessin d’un monument aux jeunes gens de Neuilly morts pour la France. Il fut érigé sur la place de la Poste. La tradition veut qu’à chaque nouveau coup de peinture, les yeux de ce soldat changent de couleur…

%d blogueurs aiment cette page :