La commune d’Essay

Essay est une ville ancienne au passé chargé d’histoire. En 1088, l’évêque de Bayeux mentionne son château-fort comme l’une des forteresses les plus considérables appartenant à la maison de Bellême. En effet, celui-ci avait été érigé par Robert de Bellême en 1020. A partir du règne de Philippe Auguste (1180-1223), le domaine d’Essay relevait directement du roi. Vers 1361, Pierre II, comte d’Alençon, fit entourer la ville d’épaisses murailles et de profonds fossés. Essay devint alors une « Ville close ».

En grande partie détruit pendant la guerre de cent ans, le château fut restauré en 1489. Les guerres de religion ont été sa perte. Tenu par les ligueurs, il fut repris en 1590 par les armées du roi et Henri IV ordonna sa destruction puis revint sur cette décision. En 1598, les états de Normandie dénonçaient encore au roi le château d’Essay comme « un repaire de brigandage ».

IMG_7052 C Chapelle du SO KHLe seul vestige du château reste la Chapelle Marguerite de Lorraine ou chapelle dite des « Ducs d’Alençon » construite probablement en 1166. Deux personnages célèbres visitèrent la chapelle, Saint Louis en 1269 et Marguerite de Lorraine, épouse de René, Duc d’Alençon, qui y séjourna en 1513.

 

Domaine des Genettes

Ce manoir, situé sur l’une des hauteurs qui dominent le bourg, accueillit diverses célébrités. Entre autres, Charles Eléonor Dufriche, dit Valazé, philosophe laboureur des Genettes, y écrivit ses principaux ouvrages. En février 1790, il est élu premier maire d’Essay. Des Genettes est né à Alençon le 23 mai 1762. Son nom vient du manoir « Les Genettes », propriété que sa famille possédait à Essay.

Il fut médecin-chef des armées impériales et du Val de Grâce à Paris.

L’église Saint Pierre

Elle a probablement été édifiée par Guillaume de Bellême à la même époque que le château soit au XI siècle. Mais l’église actuelle ne présente aucune unité de style et les remaniements effectués à différentes époques rendent la recherche difficile.

Le clocher, la toiture et les vitraux ont été détruits par les bombardements d’Août 1944 ; il ne reste donc qu’un médaillon représentant le buste de Saint Louis qui semble dater de la Renaissance.

Autrefois le cimetière se trouvait près de l’église mais la mortalité importante due à l’épidémie de fièvre typhoïde des années 1819-1825 obligea à la création d’un nouveau cimetière, ouvert en 1865 route d’Alençon.

Charles IV, duc d’Alençon et Marguerite de Navarre, sa femme, sœur de François 1er, formèrent le dessein d’établir à Essay une maison de religieuses pénitentes pour y recevoir les femmes de débauche qui, touchées par leur désordre, chercheraient un asile où elles pourraient faire pénitence. Il fut décidé qu’elles seraient au nombre de 20 et qu’elles feraient l’office selon le rite romain. Les religieuses appartenaient aux meilleures familles de France mais bientôt seules des filles d’honneur et d’une vertu à l’abri de tout soupçon la remplirent.

A la révolution, chassées de l’abbaye, les religieuses se réfugièrent chez leurs parents ou amis et le mobilier fut vendu publiquement. Vers l’an IV, les bâtiments furent vendus par l’Etat ; le réfectoire et le cloître démolis en 1811.

La maison du Gouverneur

Au Moyen-Âge cette demeure fut la résidence du gouverneur du Château des Ducs, détruit au cours de la guerre de Cents Ans.

La maison actuelle a été édifiée vers 1750, sur les ruines de l’hôtel Sainte Barbe, dénommé par la suite hôtel « Gueroust de Boisgervais », car il a appartenu à cette famille jusqu’en 1887 date à laquelle les arrières-grands-parents des propriétaires actuels l’ont acquis.

Cette construction comprenait la maison de maître et à l’angle droit les dépendances : cellier, écurie… qui ont été transformées en maison d’habitation en 1932.

La maison de maître fut le siège des « Postes Télégraphes et Téléphone d’Essay » de 1938 à 1978 environ.

La propriété est entourée de fossés qui étaient les fossés de défense de la Ville Close d’Essay et qui ont été aménagés en jardin.

La base des murs est celle des murs de fortification de l’époque.

%d blogueurs aiment cette page :